[Interview] Journal d’un forgeron confiné : Rafael Calonge

Alors que la France est confinée et que le football est à l’arrêt, Piero a pris son micro pour interviewer nos forgerons !

 

micro interview

 

Piero : Rafael, que deviens-tu actuellement et où es-tu ?
Rafael Calonge : « Je suis actuellement en appartement avec 2 amis de Dijon. On reste tous les trois confinés depuis le début, on ne sort pas si ce n’est pour aller courir. Mes parents sont actuellement chez ma grand mère, c’est pour ça que j’ai fait le choix de ne pas les rejoindre pour des raisons de santé. Je les appelle tous les jours sur Skype pour rester en contact avec eux… »

 

Quelles sont tes occupations ?
« Courir le matin, on a une terrasse avec du matériel de musculation donc j’en profite pour faire du renfort et de la musculation le matin également. L’après-midi repos… On joue à la console, on regarde des séries, des films… On joue aux cartes… On s’occupe comme on peut quoi ! »

 

Tu suis le programme de club ! Es-tu toujours en liaison avec le club et le staff ?
« Effectivement, je suis ce que le club nous dit. Je suis le plan, les joggings, les tapis, les poids, haltères etc… On correspond avec les collègues via un groupe WhatsApp, on reste en contact permanent. On s’envoie des messages avec le coach également pour savoir comment ça va. »

 

Comment vis-tu avec tes amis ces moments vraiment inédits ?
« C’est vrai que c’est un moment inédit ! Quand on pense à ce qui se passe c’est vraiment pas facile à vivre mais il faut justement essayer de positiver. Il faut se dire qu’il y a des personnes qui sont plus mal que nous… Ce n’est pas nous les plus à plaindre, on est en bonne santé ! On essaie de garder le niveau et le rythme que l’on avait avant le virus. »

 

Si on parlait de cette saison en cours, comment la qualifierais-tu ?
« On peut dire que c’est une très bonne saison avec quelques petits regrets… Une très bonne saison parce qu’on a reconstruit une équipe cet été et on peut dire qu’on est parti de rien… Aujourd’hui  on se retrouve 2e donc c’est très bien mais au fond de nous, on sait qu’on a perdu des points qu’on aurait pu ne pas perdre… Je pense que c’est au niveau du mental que l’on a perdu ces points. J’estime que si on est à 200 % chaque week-end, il ne peut pas nous arriver grand-chose… Si on est à 198% on est vulnérables ! C’est un peu ce que je ressens… »

 

Tu as joué en CFA2 et en N3 dans des équipes comme Selongey et Besançon Foot… Peux-tu comparer avec le FCG ?
« A Selongey j’étais avec des amis qui le sont toujours aujourd’hui ! On jouait le maintien et on ne s’entrainait que 2 à 3 fois par semaine… Ce n’était pas le même rythme qu’aujourd’hui. A Besançon Foot ça se rapproche un peu plus même si le FCG est un club plus structuré. Aujourd’hui, on a une bonne entente et une bonne cohésion ce qui était le cas aussi dans les 2 autres équipes. »

 

Il reste 8 matchs à faire, avec un nouveau départ presque à zéro même si vous essayez de maintenir votre condition physique. Comment penses-tu que la saison va se terminer ?
« Avec ou sans coupure il existe un espoir donc l’espoir existera toujours après le confinement. C’est vrai que ce temps permet aux joueurs de réfléchir et de se rendre compte que c’est encore possible. On peut arriver encore plus déterminé même si on sait que le destin n’est plus entre nos mains… »

 

Comment vis-tu cette période au FCG avec des anciens joueurs qui vous entourent, l’engouement que le club peut susciter ? Par exemple on se rappelle d’un affluenc de plus de 1000 spectateurs contre Auxerre B
« Pour moi c’est plaisir et cela donne encore plus envie ! Surtout quand on voit l’ambiance engendrée lors de ce match au sommet. Moi je m’entends très bien avec les anciens, avec le coach. On a des échanges enrichissant et je sais qu’il veut que l’on progresse encore malgré l’expérience qu’on a déjà su acquérir depuis qu’on joue en CFA2. Cela facilite les choses parce que si on est bien dans sa tête et en incluant la bonne entente avec les coéquipiers, le staff etc… Ça se traduit par des performances. De plus, ce sont les 80 ans du club et on aimerait aussi marquer l’histoire à notre tour… A notre échelle quoi.. Pour cela je donnerai tout ce que j’ai sur le terrain, en fait j’aime bien le travail au mérite. »

 

Quels sont tes aspirations et ambitions pour toi et le club ?
« Bien terminer la saison. Il me reste encore un an de contrat donc continuer à progresser ! Idem pour le club à qui je souhaite, et qui mérite, de jouer plus haut ! »

 

Pour terminer Rafael, un mot en ces terribles circonstances ?
« C’est terrible ce qui est en train de se passer ! On voit que malheureusement le virus n’épargne personne, je sais que je ne sors pas de chez moi mais il ne faut pas donner raison à ce virus et tout faire pour l’éradiquer. »

 

 

Merci à Piero et Rafael pour ces mots.
N’oubliez par de prendre soin de vous et de vos proches #ForgeronFamily !

 

> Retrouvez nos interviews et notre série “journal d’un forgeron confiné