[Interview] A la rencontre de Michel Martin : référent sections sportives jeunes

Après notre série “journal d’un forgeron confiné à retrouver en cliquant ici“, nous vous proposons d’aller à la rencontre de Michel Martin qui nous évoque ses différents rôles au sein du foot français et désormais au FCG…

 

 

Piero : Michel, parlons de tes débuts et de ta carrière… Tu as commencé comme professeur d’éducation physique ?
Michel Martin : « Je suis né à Bourbon-Lancy et je suis arrivé dans le Charolais en 1970 lorsque j’ai été nommé professeur d’éducation physique au collège de Paray et je jouais au foot à Charolles. J’ai été contacté très vite par les éducateurs parce que j’étais disponible le jeudi pour m’occuper des jeunes au club et au District. J’ai aussi été vice-président délégué de la Ligue de Bourgogne pendant 13 ans.
Dans les années 80, j’ai été président de l’Amicale des Éducateurs puis, en 1992, j’ai été élu président du District pendant 16 ans. En parallèle dans cette même période, en 1987 pour être précis, j’ai été nommé délégué de la Ligue de Football Professionnelle durant 31 ans. J’ai arrêté en 2018 atteint par “la limite d’âge”. Pour l’anecdote en 2010, j’ai fait la demi-finale de la Coupe de France : PSG / Monaco et en 2013, la demi-finale de la Coupe de la Ligue Saint Etienne / Rennes. J’ai fait également des matchs de l’équipe de France comme France / Paraguay par exemple ou les championnats de L1 et L2. »

 

Ça change beaucoup du monde amateur ?
« Oui beaucoup ! C’est totalement différent même car les clubs sont pros et il y a des structures qui sont autres. Tout autour il y a des infrastructures et des personnes qui sont des “hautes pointures” et qui ne pardonnent rien… On n’a pas le droit à l’erreur et il faut être pointu dans les règlements parce que eux le sont… Il faut être aussi très psychologue. »

 

Quel était ton rôle de délégué durant les matchs ?
« Le délégué fait le lien entre les 2 clubs et se charge de veiller à ce que tout se passe bien lors des mises en place pour que tout puisse se dérouler dans les meilleurs conditions possibles aussi bien les joueurs que les spectateurs. L’objectif du délégué, c’est de faire jouer le match quelles que soient les conditions. Il m’est arrivé de devoir faire jouer un match au Mans où il était tombé 10 cm de neige durant l’heure qui a précédé le match ! On n’a pas pu jouer mais on l’a remis au lendemain. 2 heures avant le match, c’est l’arbitre qui décide si celui-ci se joue mais avant, comme on arrive 4 heures avant le début de la rencontre, c’est le délégué qui décide. Tout doit être fait pour que le match puisse se dérouler dans les meilleures conditions possibles pour les joueurs comme pour les spectateurs. Je me souviens aussi d’un match à Sedan où l’on a arrêté le match à cause de brouillard… On n’y voyait plus rien ! Dans ces cas là, il faut bien connaître les règlements parce qu’on peut être pris entre ceux qui veulent jouer et ceux qui voudraient remettre le match… »

 

Tu dois avoir de nombreuses anecdotes et rencontré des gens qui t’ont marqué ?
« J’ai connu des grands dirigeants comme Bernard Tapie, Claude Bez à Bordeaux… Des grands arbitres comme Michel Vautrot et également des grands joueurs comme Zinedine Zidane que j’ai connu à ses débuts ou encore Michel Platini… J’ai connu des gens sympas et d’autre moins. David Luiz par exemple au PSG est un joueur hyper gentil ! Marco Verratti est plutôt marrant dans son genre lorsqu’il prend des cartons qu’il va chercher dans la poche de l’arbitre… En fait, il y a tellement de joueurs qui m’ont impressionné que je ne pourrais ressortir toutes les personnes… »

 

Comment peut-on faire pour gérer autant de choses en même temps ?
« Quand tu es prof, tu as un peu plus de temps libre et puis surtout, j’avais une épouse passionnée de football ! J’étais absent 3 week-ends sur 4 avec la LFP et le reste du temps, j’intervenais pour la Ligue et le District… Beaucoup de réunions et beaucoup de kilomètres ! A une période, je faisais 60 000 km par an. »

 

On t’a proposé une autre mission lors de ta retraite ?
« Oui, je suis instructeur auprès de la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnelle. Cela veut dire que j’instruis les dossiers lorsque le match est arrêté, suite à un accident par exemple. J’ai dernièrement instruit le match Marseille / Lille où il y a eu des pétards lancés sur l’arbitre assistant. »

 

Tu as également eu une période africaine je crois ?
« Quand j’étais adolescent j’avais 2 idées dans la tête : je me disais que je réussirais ma vie si je sauvais quelqu’un de la mort et si j’allais aider des gens en Afrique.
Quand j’étais prof d’EPS, j’ai sauvé quelqu’un de la noyade dans le canal à Paray-Le-Monial. Il me restait donc à aider des africains mais avec tout ce que je faisais dans le foot, je n’avais pas assez de temps… Quand j’ai été en retraite en 2008, je suis parti au Burkina Faso aux mois de juin et en novembre dans le cadre d’une mission humanitaire. En rentrant avec un copain, nous étions un peu déçu du coup, nous avons créé notre propre association qui s’appelle ADDA pour « Aide au Développement Durable en Afrique ». Chaque année on part en mission humanitaire au Nord-Ouest du Burkina toutefois, depuis l’an dernier, c’est très compliqué avec les terroristes dans cette région proche du Mali… Ce n’est plus possible d’y aller mais on continue à faire des choses… On aide sur le plan agricole avec l’envoi de 3 tracteurs déjà. On fait des containers tous les ans… Sur le plan sanitaire, on envoie des fauteuils roulants, des médicaments… Sur le plan scolaire, on envoie des livres, crayons, tableaux… On y mets aussi des vêtements et les choses qui proviennent de ce qu’on nous donne. Quand il faut acheter, on se sert des dons que nous procurent les particuliers. Actuellement, on envoie de l’argent à un délégué sur place qui se procure du lave main, des masques, des gants…
Ces gens sont tellement gentils ! Ils sont démunis de tout et ils ont tellement besoin de nous. C’est un crève-cœur de les quitter tellement ils sont reconnaissants. C’est une expérience unique et quand on est allé là-bas, on n’est plus le même homme au retour ! »

 

Comment s’est passée ton arrivée au FC Gueugnon ?
« Ça s’est fait très bizarrement en début de saison 2019 2020. Mi-septembre je suis allé voir un match à Jean Laville et j’étais plutôt content de retrouver plein de gens que je connaissais. J’ai discuté avec Christophe Noluveau et on est passé à la mi-temps au club house. Maintenant que je n’étais plus délégué et comme je devais avoir du temps libre, il m’a demandé si je pouvais aider le FCG car mon expérience et mon savoir-faire pouvait être très utile au club. Une rencontre a suivi avec Michel Berthommier, Guy Clopin et Christophe Noluveau durant laquelle ils m’ont exposé ce qu’ils attendaient de moi… Et après une réflexion rapide, j’ai donné mon feu vert pour un dernier challenge qui m’intéresse d’autant plus que Gueugnon est mon club de cœur depuis que j’étais président de Disctrict. On a tellement fait de choses avec le FCG que je pouvais difficilement dire non… J’ai donc intégré le club début octobre et quelques mois après, je suis rentré au comité directeur suite au départ de Alfred Soulier. »

 

Quels sont tes fonctions et comment avez-vous réorganisé les sections sportives ?
« Au départ, on m’a demandé de revoir un peu à la fois le football féminin et le football scolaire. On m’a dit qu’en tant qu’ancien prof de gym, j’étais bien placé et on avait personne pour s’occuper du foot féminin. Il est vrai que pour le foot au niveau scolaire, je n’avais pas de soucis. C’est d’ailleurs moi qui a mis en place les sections scolaires dans les années 87/88 lorsque j’étais président de la commission des jeunes. De plus, c’est un sujet qui m’intéresse et comme je suis issu du milieu, je connais les rouages et les choses que l’on peut faire. Avec Richard Trivino qui est l’un des référents aussi, on s’est très vite dit qu’il y avait trop d’élèves dans la section et qu’il fallait mettre en avant la qualité plutôt que la quantité.
On a donc participé au conseil de classe du premier trimestre et là, on s’est rendu compte qu’il y avait trop de monde et que des élèves avaient des comportements intolérables au collège… Un quart des élèves avait un avertissement de comportement ! On s’est dit que cela ce n’était pas possible pour un élève de la section… Ceux-ci doivent être exemplaires ! On a donc fait une réunion entre nous pour remettre les bases et on a réuni les parents pour leur exposer notre façon de voir les choses. Dorénavant, il n’y aura plus de droit à l’erreur et l’élève qui sera exclu du collège sera également exclu de la section sportive.
Je suis le lien entre le club et le collège et j’ai beaucoup de relation avec la principale avec qui on échange régulièrement. Je suis le référent quand un élève pose problème au collège, la principale m’alerte et j’alerte les éducateurs… Si c’est un problème de discipline, on peut le suspendre de 1 ou 2 entrainements, si un élève a des difficultés dont les résultats baissent on lui enlève un ou 2 entrainements pour qu’il aille en étude pour travailler. Pour les élèves en difficulté, j’ai contacté la fondation du football et l’organisme Acadomia qui permet aux élèves qui le veulent d’avoir un suivi en prenant des cours gratuit sur Internet afin de réviser, approfondir et même poser des questions… Avec le confinement, c’était une bonne chose et une quinzaine d’élèves y ont accédé.
On a sanctionné mais on voulait aussi récompenser ! On a donc remis un diplôme à la mi-temps d’un match à tous les élèves qui avaient eu des félicitations. Nous ce qu’on veut, c’est former de bons footballeurs mais aussi qu’ils obtiennent les meilleurs résultats scolaires possibles ! »

 

[Formation] Le FC Gueugnon adresse ses félicitations aux jeunes de la section sportive

 

 

Comment sont aménagés les horaires pour ces élèves ?
« Les élèves de la section ont 4 entrainements par semaine : un niveau 6e-5e qui s’entraîne ensemble et un niveau 4e-3e qui s’entraîne de son côté… Cela se passe sur le temps scolaire : par exemple à partir de 15h30, on va les chercher au collège avec les mini-bus et on les emmènent à l’entrainement. Ensuite, on ramène les internes au collège et les autres rentrent chez eux. Ils ont le même nombre d’heures de cours que les autres mais ils font du football en plus. »

 

Et cela représente combien d’élèves ?
« Les années précédentes, cela représentait entre 20 et 22 élèves par niveau mais là, on va réduire le nombre. »

 

Et il y a désormais un concours d’entrée ?
« Le mercredi 17 juin dernier, il y a eu le concours d’entrée à la section sportive. On a eu 45 élèves environ dont certains viennent de l’extérieur et ils ont passé des tests physiques et techniques en respectant les règles barrières et les directives de la Fédération. Le mardi 23 juin, un jury composé de la Principale, du prof d’EPS, du référent et Richard Trivino se réunira au collège afin d’examiner les résultats des tests et des dossiers scolaires. C’est là qu’on désignera les enfants qui seront admis à la section pour l’année scolaire prochaine.
On veut prendre les meilleurs au foot et à l’école car il faut être complet. »

 

🔶🔷 Ce jour à la VF avait lieu le concours d'entrée pour la section sportive du collège Jorge Semprun de Gueugnon.🎓 Pour…

Gepostet von FC Gueugnon am Mittwoch, 17. Juni 2020

 

Et il y a aussi le dossiers des féminines ?
« Le foot féminin au FCG, c’est compliqué car on a presque pas de filles et il faut que l’on ait des équipes de jeunes. Notons qu’il y a déjà un autre club à Gueugnon avec des filles et que les filles vont déjà là où il y a des filles… A la section, il y a 2 filles : Kelya FIGUEIRA et Lucie ZAK. Kelya en 5e va à Dijon au DFCO parce qu’elle est un bon élément et je pense qu’à terme, elle intégrera l’équipe féminine du DFCO. Cela veut dire que, quand on a des filles, on les rend performantes ! Il faut absolument qu’à la rentrée on fasse des “journées du foot” avec les milieux scolaires du primaire pour sensibiliser et faire des actions avec les enseignants. Et puis, remettre au goût du jour la volonté d’avoir une section féminine dans nos sections sportives mais pour cela, il faudrait 10 joueuses… On remettra ça pour la rentrée 2021. Il faut voir aussi pour les infrastructures car actuellement, il n’y a pas de mixité vu qu’il n’y a que des garçons… Il faudrait aménager des locaux ! »

 

J’ai appris aussi que parmi les bricoleurs de la VF, il y à aussi un certain Michel Martin !
« Oui (rires). Une fois par semaine, on s’est retrouvé à la VF. On a revu les filets, on a passé le débroussailleur sous les filets et les mains courantes pour que ce soit plus accueillant. On a taillé les thuyas et on va essayer de camoufler un bâtiment avec du bardage puis demander à des jeunes de le décorer pour que ce soit plus agréable à l’œil… Cela fait partie des objectifs du club ! Quand on vient au FCG, il faut des infrastructures accueillantes. Actuellement il y a trop de terrains et ils ne sont pas suffisamment en bon état. Il faut améliorer les terrains pour qu’ils soient jouables… Les terrains de Paray sont beaucoup mieux que les nôtres mis à part Jean Laville et il y a des efforts à faire de ce côté la. Mais on a une équipe d’une dizaine de personnes dont Gilles Perrin, Gilles Dessoly, Henri Cognard, Philippe Lauvernier… On s’entend très bien pour les tâches qu’on s’est assignées. »

 

Lors des travaux à la VF !

Avec David Vasco, Patrick Fedrigo, on peut dire que l’académie du FCG est en évolution !
« Je travaille avec David et Patrick qui sont responsables des sections jeunes au FCG. David fait la même chose que moi au lycée de Digoin où il y a une section sportive de 2nde, 1ere, Terminale… Je rencontre d’ailleurs le proviseur cette semaine prochaine avec David Vasco. Il faudra faire un concours d’entrée pour nos élèves de 3e mais aussi d’autres candidats pour alimenter la seconde.
David fait un gros travail de sensibilisation auprès des clubs et des éducateurs car ce que l’on souhaite c’est travailler en transparence. On ne veut pas débaucher les gens d’un club pour venir à Gueugnon, on veut jouer le jeu avec tout le monde et on a des contreparties à leur proposer. Les perspectives c’est vraiment de former chaque année les meilleurs joueurs possibles avec les meilleurs éducateurs possibles. Également de former des arbitres et des éducateurs. On a pour objectif d’avoir des jeunes qui fassent des stages de formation arbitres et éducateurs. Et l’idéal et on en a parlé avec Richard Trivino, c’est que quelques jeunes de la section sportive viennent dans quelques années alimenter l’équipe A ! »

 

Cette saison le FCG a réussi à faire monter l’équipe de R2 en R1 et a pris la 2e place en N3 après avoir lutté jusqu’au bout pour la montée aussi, ce sont de bonnes choses ?
« C’est une excellente chose car la montée des séniors espoirs en R1, soit le plus haut niveau régional, va inciter les jeunes qui sont en dessous à jouer dans cette équipe et permettra d’aguerrir ces joueurs pour pouvoir postuler en équipe Nationale 3 et j’espère N2… Vu les résultats obtenus cette saison, il faut que l’équipe A fasse au moins une aussi bonne saison voire encore mieux pour monter en N2. Il y a des joueurs qui sont partis mais il y a des joueurs qui arrivent et le groupe reste en grande partie le même… Je pense qu’il y a un bon groupe avec un bon état d’esprit. Philippe Correia fait un excellent travail et je pense que les joueurs se sentent soutenus par le club et aimés aussi par les supporters. Il faut qu’on ait une politique des jeunes encore plus pointue pour arriver à notre objectif commun. Si la vitrine est bonne, on attirera encore plus les jeunes qui sont l’avenir du club ! »

 

Enfin, comment vois-tu cette période d’après confinement et la nouvelle saison ?
« Cette période a duré déjà assez longtemps aussi au niveau des jeunes. Comme pour l’école, quand tu arrêtes pendant 3 mois le foot, tu perds plein de choses : tu perds le sportif, tu perds des valeurs, tu perds de vue des copains, tu perds le gout de l’effort… Je suis très content que ça reparte pour les jeunes même si on ne va pas pouvoir faire certaines choses. On ne pourra pas faire de matchs mais on pourra faire des exercices et se retrouver ensemble avec les jeunes. David et Patrick reprennent les enfants samedi matin toujours en respectant les gestes barrières et c’est important que ça reparte ! »

 

Merci à Michel et Piero pour cet entretien.

Retrouvez toutes nos interviews sur ce lien

 

PLUS D'ACTUALITÉS...

[N3 J04] Racing Besançon – FC Gueugnon : Avant-Match
[YouTube] À la rencontre de Angelo Baldachino • Nouvelle recrue du FCG
[Partenaires] Retour en images sur la présentation de la saison aux Partenaires et Abonnés !
[Agenda] Semaine du 21 au 27 Septembre 2020
[Agenda] Résultats de la semaine du 14 au 20 Septembre 2020
Facebook Twitter Instagram LinkedIn Video Newsletter Flux RSS


1