[Interview] Journal d’un forgeron confiné : Journet Energies Nouvelles

Alors que la France est confinée et que le football est à l’arrêt, Piero a pris son micro pour interviewer l’un des partenaires du FC Gueugnon : Journet Énergies Nouvelles.

 

micro interview

 

Piero : Bonjour à vous Luck et Philippe Journet, comment allez-vous actuellement et comment vivez-vous en cette période de confinement ?
Luck Journet : « Cela nous a changé car on a fermé l’entreprise il y a environ 3 semaines mais cela ne nous empêche pas de venir tous les deux tous les jours pour tout ce qui est dépannage urgent. Cela nous a également permis de nous mettre un petit peu à jour dans un certain nombre de domaines. »
Philippe Journet : « Au niveau des devis notamment, cela va nous remettre à niveau et nous permettre de traiter certaines choses “en souffrance”… »

 

Justement, comment vit votre entreprise en ces moments inédits ? Avec les clients, le personnel…
Philippe : « Au niveau de notre assistance, celle-ci est en télétravail. On était déjà organisé avant pour ça donc cela n’a pas beaucoup changé pour l’organisation. Le système était en place. Pour ce qui est des autres membres du personnel, nous avons arrêté les chantiers le lundi 16 mars mais j’ai des électriciens qui ont repris le travail ce lundi. Ils sont intervenus sur des choses qui devenaient urgentes, des choses qu’on aurait dû faire avant mi-mars et qui posaient des problèmes… C’est sur la base du volontariat aussi bien sûr, et en prenant les précautions qui s’imposent : les gestes barrières, en essayant de prendre un maximum de précautions et avec des produits et lingettes de désinfection dans le véhicule etc… Les plombiers eux devraient reprendre courant de cette semaine dans les mêmes conditions. »

 

Électricité, plomberie et énergies nouvelles sont au cœur de votre métier. Pourriez-vous nous définir plus particulièrement les « énergies nouvelles » qui sont également votre sigle d’entreprise ?
Luck : « Les énergies nouvelles sont un peu notre cheval de bataille en ce qui concerne notamment le chauffage comme par exemple les pompes à chaleur. Il y a eu en fin d’année un engouement pour ces produits là, engouement qui était aussi largement porté par des aides de l’état. Actuellement il y a un coup de frein mais je pense que cela va redémarrer avec l’activité économique. A quel moment ? Ça c’est une autre paire de manche… »

 

Et en un mot sur les pompes à chaleur ? Quel est le principe et les avantages ?
Luck : « Celles qu’on installe le plus aujourd’hui, ce sont les pompes à chaleur dites “air eau” en remplacement de chaudières anciennes, fuel ou à gaz et quand les installations peuvent s’y prêter. C’est une alternative très intéressante qui permet des économies de près de 40 % du budget chauffage car cela utilise moins d’électricité et c’est aussi intéressant pour la planète. »

 

Vous êtes supporters et partenaires fidèles du FCG depuis de longues années ! Vous nous avez fait confiance depuis la reprise en 2011… Pourquoi ?
Luck : « Surtout depuis que Bernard Canard a repris le club depuis 2011. »
Philippe : « Pour ma part, j’ai joué au foot Piero ! »
Luck : « On est dans une région qui a été portée par le football. Puis avec la famille Canard, on se connait bien depuis trente ans maintenant, on sait bien quelle est leur rigueur dans leur gestion des affaires et on savait pertinemment qu’il n’y aurait jamais un centime dépensé qui ne soit provisionné. »

 

Le passé du FCG n’y est surement pas pour rien non plus ?
Luck : « Bien entendu, on a baigné là dedans depuis notre plus tendre enfance… »
Philippe : « J’allais au stade quand j’étais gamin. Je me souviens bien du match de Nice en coupe de France par exemple. J’allais au stade avec mon oncle les dimanches à Gueugnon voir les joueurs comme Collaudin, Emorine dans les cages… »

 

Luck, tu es rentré aussi au comité directeur du FCG ?
Luck : « Oui. À la demande de Bernard Canard il y a 5 ans ou 6 ans en tant que représentant des partenaires d’une part et afin de mieux connaître le fonctionnement du club. Et également pour savoir davantage ce que l’on peut apporter au club par notre participation, aussi modeste soit-elle… »

 

On vous retrouve souvent au Salon Bourgogne les soirs d’après matchs avec les partenaires et leurs invités, avec les joueurs… Comment trouvez-vous ces moments de partage ?
Luck : « Ce sont toujours des moments très conviviaux et c’est toujours agréable de refaire un petit peu le match… Mais c’est aussi très important de se rencontrer et d’échanger, pas que sur le foot d’ailleurs. Cela permet de discuter sur des tas d’autres sujets et de savoir qu’on est pas les seuls à avoir des problèmes par exemple… »

 

Depuis quelques années le FCG se rapproche de l’objectif la montée, c’est important et plus porteur pour un partenaire ?
Philippe : « Bien sûr. C’est vrai que c’est un moteur… On préfère encourager et soutenir une équipe qui va de l’avant plutôt qu’une équipe qui stagne ou qui a tendance à dégringoler… ».

 

Je suppose que vous aimeriez voir vous aussi le FCG monter d’un cran ?
Luck et Philippe : « Oui bien sûr et nous pensons que c’est l’attente de tout le monde. »

 

Malgré des moments difficiles et compliqués, je me souviens Luck avoir vécu en ta compagnie le 5-0 à Montceau, vous êtes toutefois toujours là ?
Luck : « C’est vrai que le match perdu à Montceau 5-0 fut un moment de tristesse épouvantable… Vraiment on était reparti catastrophés. Mais bien entendu nous sommes resté fidèle au FCG. Jamais on aurait voulu abandonner complètement même si il y a eu quelques périodes où des moments un petit peu désespérés… Assez rapidement on retrouve le moral et puis on se dit que ce n’était qu’un mauvais passage. Il est vrai que le président n’a jamais perdu le moral et qu’il a su, par sa détermination, rassurer les partenaires pour leur donner l’envie de repartir. »

 

Le FCG a su jouer les premiers rôles cette saison. Comment vivez-vous cela ?
Luck : « On garde toujours espoir. Toutefois en fin de première partie de la saison, lors du match contre Jura Dolois en décembre où tu étais Piero, on avait eu l’impression de voir une autre équipe… Le départ de cette année 2020 a permis de retrouver à nouveau une équipe qui en voulait, qui se rapprochait un peu au mental des équipes qu’on avait connu par le passé. »
Philippe : « Le tournant pour moi, c’est le match perdu contre Auxerre… On ne méritait pas de perdre ce match-là et je pense que cela a dû mettre un coup au moral… C’était un match à ne pas perdre… »

 

Et qu’est ce que vous inspire, en tant que partenaire, un départ au mercato d’un joueur clef comme Omar Wade alors meilleur buteur du groupe ?
Luck et Philippe : « Pour nous, il ne devrait pas y avoir de mercato d’hiver dans nos championnats du niveau de N3. Cela ne devrait pas exister, ce n’est pas possible. Peut être qu’au sein même de l’équipe cela à pu jouer sur le moral quelque part… »

 

Est-ce que vous êtes plus partenaire que supporter ? Ou vice et versa ?
Luck et Philippe : Je pense qu’on est à 50-50… Nous sommes vraiment supporters de l’équipe et nous sommes partenaires parce qu’on est supporters également ! »

 

Pourriez vous nous citer des moments et des instants où vous avez été très heureux en tant que partenaires et supporters ?
Philippe : « Le match de coupe contre Clermont (L2) où l’on aurait pu se qualifier… Cela s’est joué à peu de chose et cela aurait été un exploit… On est passé prêt ! Le match de la montée en CFA2 contre Selongey où l’on était nombreux !! Plus de 2000 personnes (ndlr: 2200 spectateurs), on jouait un peu avec la peur au ventre et on a réussi à marquer mais ce match avait été très chaud… Pour les matchs les plus récents, j’ai bien aimé la prestation contre Auxerre où on a vu un super match ! La qualité dans les 2 équipes, la remontée au score du FCG qui a redonné du suspens… C’est vrai qu’on ne méritait pas de perdre ce match et que le nul aurait été beaucoup plus équitable ! »

 

Et dans le passé du grand FCG, quels sont vos plus beaux souvenirs ?
Philippe :« J’ai un très beau souvenir d’un match à Gerland contre Ajaccio qui était en D1 en 1970 : but de Jean-Claude Berthommier. Les matchs de coupe de France en 1/8 contre Nice à Gueugnon et le 1/4 face à Angers… Ou encore un très gros match de coupe de France à Fourchambault contre Valenciennes ! Le FCG a fait souffrir les pros dans les années 69 et 70… »

 

En ces moments de confinement compliqués, qu’auriez-vous envie de dire ?
Luck et Philippe : « Ce qu’on a envie de dire c’est qu’il faut bien suivre les directives au mieux de nos possibilités bien sûr, et tacher de faire attention à ne sortir que si c’est vraiment nécessaire. Nous avons une chance extraordinaire dans nos campagnes où l’on peut mettre le nez dehors sans trop de problèmes… Pour la plupart, on a au moins un jardin ou un peu de terrain et des possibilités de s’aérer près de la maison… »

 

Un mot également sur vous, vos employés et sur tous les volontaires comme les soignants qui interviennent au quotidien ?
Luck et Philippe : « Dans tous les moments difficiles, il y a au fond de chacun et de la plupart des gens l’envie de venir en aide. Quand on voit un petit peu les difficultés autour de nous fatalement c’est toujours comme ça dans toutes les périodes difficiles. Naturellement, les soignants qui sont en première ligne méritent toute notre reconnaissance, cela va de soi. »

 

Journet Énergies Nouvelles au tournoi futsal partenaires du FCG

Merci à Piero, Luck et Philippe de l’entreprise Journet Energies Nouvelles pour ces mots.
N’oubliez par de prendre soin de vous et de vos proches #ForgeronFamily !

 

> Retrouvez nos interviews et notre série “journal d’un forgeron confiné