[Interview] Entretien avec Christophe Noluveau, Directeur Général du FCG

Après notre série “journal d’un forgeron confiné à retrouver en cliquant ici“ et tandis que la nouvelle saison continue de se préparer en coulisses, nous vous proposons cet entretien entre Piero et Christophe Noluveau, Directeur Général du FCG

Piero : Bonjour Christophe, pourrais-tu te présenter à nous ?
Christophe Noluveau : « J’ai 35 ans et je suis né à Saint Vallier. Je suis originaire d’Oudry et j’habite actuellement à Marly sur Arroux. Pour mes études je suis passé par le collège de Gueugnon, le Lycée de Digoin puis j’ai poursuivi mon cursus scolaire à Dijon, et j’ai terminé à Grenoble pour obtenir mon Master 2 en économie du sport. »


On peut dire que « Noluveau » est une famille de sportifs ?
« Effectivement, ma famille est plus connu par l’athlétisme avec mon grand-père qui était entraîneur national même s’il fut également footballeur au poste de gardien de but dans sa jeunesse. Le nom de Noluveau raisonne donc plus dans l’athlétisme et notamment dans le lancer de marteau. Mon oncle continue d’ailleurs toujours de lancer et a obtenu des titres nationaux européens et mondiaux en vétéran ! »


As-tu joué en jeune au football ?
« Exactement, moi j’ai choisi le foot. Mon grand-père m’avait dit de faire plusieurs sports pour apprendre et développer plusieurs compétences mais moi, je n’étais mordu que par le foot… Il n’y que cela qui m’intéressait. J’ai d’ailleurs joué au FCG dans les catégories jeunes mais j’ai compris en grandissant que je ne ferais pas de footballeur mon métier et c’est pour ça qu’actuellement, je suis au premier étage de Jean Laville et non au niveau des vestiaires du rez de chaussée (rires). »


Le grand père a été un grand personnage reconnu à Gueugnon, il m’avait même dit avoir conseillé sur la préparation physique du champion de France de cyclo cross de l’époque
« Oui, je m’en rends compte parce qu’on m’en parle encore beaucoup aujourd’hui. Je crois qu’il a laissé son empreinte dans le paysage sportif gueugnonnais. A l’époque, c’était les Forges qui finançaient le sport à Gueugnon et le passage par l’athlétisme était un passage obligatoire dans le sport gueugnonnais. »


Puis je t’ai connu jeune stagiaire à ton arrivée au FCG… Parles nous de cette période là… 
« J’ai fait mon stage de fin d’étude quand le club était encore professionnel en 2006-2007. On a vécu une belle période et c’est là que je t’ai connu Piero. Nous étions en L2 et je me rappelle les déplacements… Cela a été très intéressant, enrichissant et cela m’a permis de toucher à tout, de connaitre l’environnement d’un club sportif professionnel, un club pro un peu à part de par sa localisation et sa taille… Il faisait office de petit club dans le paysage sportif français. »


J’ai fait mon stage de fin d’étude quand le club était encore professionnel en 2006-2007 […] Il (le FCG) faisait office de petit club dans le paysage sportif français


Ce fut certainement un bon stage puisque tu as touché à tout ? Cela a été très important pour toi et pour la suite de ta carrière ?
« Oui, au FC Gueugnon il fallait savoir se débrouiller et être inventif… On n’avait pas les mêmes moyens qu’ailleurs et pourtant, cela fonctionnait ! Je pense que l’histoire du foot à Gueugnon était basée sur des personnes qui ont énormément travaillé pour trouver d’autres solutions que financières, avec des valeurs de solidarité et d’abnégation, pour arriver au plus haut niveau du foot français »


Tu es revenu par la suite au FC Gueugnon qui renaissait de ces cendres. Qu’as-tu retenu de cette période ?
« Je suis revenu au club en 2013. Le club avait redémarré depuis déjà 2 saisons après la liquidation judiciaire et je suis arrivé au moment où il avait besoin de se renforcer au niveau administratif et commercial suite à l’accession de l’équipe première en CFA2 (actuel N3). J’étais pleinement heureux de retrouver le FCG ! Il y avait énormément de travaux à réaliser même si beaucoup de choses avaient déjà été faites par la poignée de bénévoles qui s’étaient retroussée les manches et avaient été assez courageux pour remonter le club en 2011.  On avait atteint le CFA2 et il fallait y rester ! Les premières saisons ont été compliquées… On s’est sauvé lors de la dernière journée ou de l’avant dernière… On a largement progressé depuis ! Désormais on joue le haut de tableau et on figure parmi les meilleures équipes ! »


Christophe lors de son retour en 2013…

Justement, quel jugement portes-tu sur le développement du FCG depuis sa reconstruction ?
« Économiquement déjà, on a doublé voir triplé le budget depuis la reconstruction. On est désormais quasiment à 180 partenaires alors qu’on les comptait sur les doigts de la main au moment de la relance… Humainement aussi, le nombre de licenciés a fortement progressé également. Nous avons plus de 400 licencié(e)s toutes catégories confondues. Des bénévoles, des dirigeants, des éducateurs nous ont rejoint… Nous avons embauché 2 salariés pour continuer le développement et la structuration du club. Tous les secteurs ont progressé. Le seul domaine où nous souhaiterions aller plus vite, c’est la Plaine du vieux Fresne. »


Tu es récemment devenu le Directeur Général du FCG. Comment s’articule la machine FCG dans tous ses secteurs par rapport au Président et aux différents pôles ?
« Notre ambition est de professionnaliser notre organisation année après année. Attention, ce n’est pas de la prétention car on sait d’où on vient et où nous en sommes. On reste un club amateur mais de par notre expérience, nos infrastructures et les compétences humaines qu’il y a à l’intérieur du club, on a quand même cette expérience d’un club qui a été 40 ans au plus haut niveau parmi les 40 meilleures équipes françaises ! Comme je l’ai dit, on s’est renforcé au niveau administratif, commercial et communication avec l’arrivée de Guillaume (ndlr: Avinain) puis de Thomas (ndlr: Dumont). On a évidemment la chance d’avoir des dirigeants très compétents, des dirigeants bénévoles, dans tous les secteurs, avec des responsables dans chaque pôle qui ont chacun des équipes très dévouées. On peut leur faire confiance !
En terme d’organisation, c’est le président et le comité directeur qui gèrent l’ensemble du club. En tant que Directeur Général du club, je coordonne tous les secteurs avec l’aide des bénévoles et salariés. Richard Trivino gère quant à lui tout le sportif accompagné au niveau des jeunes de David Vasco qui a la responsabilité de l’Académie. »


Notre ambition est de professionnaliser notre organisation année après année. Attention, ce n’est pas de la prétention car on sait d’où on vient et où nous en sommes […]


Il y a aussi sûrement l’importance d’avoir des anciens joueurs de la grande période comme Michel Berthommier, Guy Clopin, Alfred Soulier, Richard Trivino, Philippe Correia, Néné Chassin, Philippe Lauvernier… Des anciens forgerons qui sont devenus pour certains bénévoles…
« Oui, c’est indispensable à Gueugnon ! On s’en sortira que si on arrive à mobiliser tout ce qui se fait de mieux sur le territoire et c’est important que les anciens soient avec nous, pour garder l’histoire du club et pour nous transmettre le savoir faire et les valeurs gueugnonnaises. Personnellement, sans eux je ne serai pas à ce poste et c’est pourquoi je tiens à les remercier sincèrement. »


Par rapport aux jeunes aux joueurs qui arrivent au club, cela ne légitime pas plus le FCG ?
« C’est la force du club ! C’est la transmission des valeurs. Gueugnon est une ville ouvrière avec des valeurs de courage et d’entraide qui se transmettent de génération en génération et cela, c’est grâce aux anciens. C’est vrai que les nouveaux arrivants sont plus facilement à l’écoute de ces personnalités qui les entourent et qui ont l’expérience du haut niveau. »


Quel regard portes-tu sur cette saison qui vient de se terminer avec des résultats sportifs ?
« Pour la National 3, nous avons effectué une excellente saison. L’état d’esprit du groupe fut irréprochable et il y’avait une très bonne cohésion entre les joueurs. C’est une des raisons pour laquelle cela a bien marché tout de suite cette année. Sportivement on a enchaîné les victoires et on s’y est habitué… Malheureusement, la première défaite contre Auxerre a été un petit peu un tournant. On a fait un super match ce jour là et on l’a perdu avec l’ambition de le gagner… Ensuite, on a perdu un peu en constance tandis qu’Auxerre n’a abandonné aucun point en route ! On avait aussi une équipe avec de jeunes joueurs dont certains effectuaient leur première saison en N3 donc, tenir toute une saison pour ces jeunes joueurs, c’est n’est pas évident. En tout cas, je pense que tout le monde a été content de retrouver une équipe comme celle-là avec des valeurs affichées qui collent au club et des qualités footballistiques indéniables. » 


Cette saison, le COVID passant par là, des joueurs d’expérience sont partis comme Albert Baning, Magide Mahla, Dylan Mamessier et d’autres…
« Oui, comme tu dis des joueurs sont partis pour diverses raisons : certains pour des raisons professionnelles, d’autres pour des raisons sportives et puis aussi économiquement à cause de la crise du COVID. Il fallait faire des choix et on sait qu’on va un peu souffrir économiquement au niveau du renouvellement de nos partenariats et sponsorings… Il a donc fallu faire un prévisionnel réaliste. On aura de toute façon une très belle équipe et, faire mieux avec moins c’est dans l’ADN du club ! » 


Justement, cette saison il y a un avènement qui va selon moi dans le bons sens avec la création du « groupe espoirs » ? On fait ça pour préparer l’avenir et revenir à nos fondamentaux ?
« C’est certes un élément de langage et de communication mais c’est surtout la volonté du club de poursuivre son travail de formation. A la reprise du club, la priorité a été donnée à l’équipe première et il y avait beaucoup de chantiers mais celui de l’équipe première était vital. Maintenant que l’équipe première est stabilisée et joue le haut du tableau, il faut qu’on accentue notre investissement sur la formation et sur la structuration des catégories jeunes et féminines. On s’est rendu compte que notre équipe B faisait jouer nos jeunes qui sortaient des équipes de jeunes d’où la nouvelle dénomination « espoirs ». Pour l’avenir, on veut que cette ancienne équipe B, ou équipe réserve, soit une équipe espoirs où nos meilleurs jeunes puissent s’aguerrir pour ensuite évoluer en National 3 et voir plus haut. On va ainsi resserrer le niveau entre la N3 et la R1. »


Quelles sont pour toi les autres progrès obtenus par le club cette année ?
« Sur l’équipe National 3, on a progressé fortement au niveau de la prise en charge médicale. J’en profite pour remercier tous les intervenants autour du Docteur Micorek et Serge Victor. On a également enregistré l’arrivée d’un préparateur mental Emmanuel Pisseloup qui a sans doute facilité le bon de début de saison de note équipe. Côté arbitrage, nous avons reçu une bonne nouvelle avec l’octroi d’une mutation supplémentaire et ceci grâce à nos arbitres. Nous essayons enfin de progresser sur les terrains de la VF où nos bénévoles sont intervenus pour des travaux d’aménagement et d’embellissement. »


Nous avons la chance d’avoir des partenaires fidèles et en nombre ce qui atténue le risque. On travaille également sur l’arrivée de nouveaux partenaires.


Et sur l’aspect économique, quelles sont les tendances et comment cela se présente t’il ?
« Il n’y a peu ou pas de partenaires qui vont arrêter de nous soutenir mais nous auront quand même des diminutions de sponsoring. Nous avons la chance d’avoir des partenaires fidèles et en nombre ce qui atténue le risque. On travaille également sur l’arrivée de nouveaux partenaires. Budgétairement, on a pris en compte toutes ces composantes pour ajuster notre prévisionnel au plus juste. »


Notre club fête ses 80 ans et pourtant il ne vieillit pas ! Il reste un club dynamique qui s’adapte à notre époque…
« Exactement, on a profité des 80 ans du club pour sortir un nouveau logo et ainsi renforcer l’image et le côté institution du club. Le FCG est en effet plus qu’un club de football ! Localement c’est même une véritable institution. Il fait partie de l’histoire locale. C’est également une entreprise avec plus de 20 salariés. Sur le plan social, nous organisons chaque année le Forum de l’Emploi et de l’Apprentissage et nous allons mettre en place très rapidement des actions de sport adapté dans les EHPAD du Charolais Brionnais. Nous travaillons avec les associations caritatives, sur le foot handicap aussi, sur des actions éducatives et citoyennes… Notre ambition est donc d’accentuer encore d’avantage l’empreinte du FCG sur le territoire. »



Pendant la période du confinement, nous avons eu une série d’entretiens prénommée “journal d’un forgeron confiné” avec les représentants de toutes les composantes du FCG. A la lecture de tout ce qui a été dit, qu’est-ce que le Directeur Général en a tiré ?
« Je pense qu’on a pu voir à travers ces interviews que la force du club ce sont les compétences humaines et la diversité de ces compétences. On a la chance de pouvoir compter sur des dirigeant(e)s de tous horizons !


Le confinement a du sûrement changer bien des habitudes en ce qui concerne la communication entre les différentes composantes du club ?
« Le confinement nous a permis de mettre en place de nouvelles méthodes de communication. On va développer nos échanges par visio-conférence par exemple. On travaille aussi sur des projets avec nos partenaires qui sont éloignés pour intensifier nos liens avec eux. »


Christophe, je te laisse la conclusion pour  tout te demander tout ce que  tu ressens et ce que tu aurais envie de dire. 
« Notre priorité est de pérenniser le club. On a une gestion saine, preuve en est avec une nouvelle fois notre passage réussie devant la CRCC (Commission Régionale de Contrôle des Clubs). Notre équipe première en N3 et c’est déjà remarquable pour une ville de 7000 habitants. Avec en plus une équipe Espoirs en Régional 1 et des équipes de jeunes de l’Académie au plus haut niveau régional. Nous avons plus de 400 licenciés ce qui nous place dans les 3 premiers clubs du département voir même le plus important… Il faut repenser d’où on est reparti il y a 9 ans et saluer le travail de nos dirigeants bénévoles ainsi que de nos salariés. On a nos anciens toujours auprès de nous, notre président qui est toujours autant engagé, les partenaires et les collectivités qui nous suivent. Nous ambitionnons évidemment d’aller toujours plus haut et nous travaillons pour continuer à diversifier nos activités. Pour conclure, un grand MERCI à celles et ceux qui soutiennent et s’investissent pour le FC Gueugnon. Et une pensée toute particulière à Michel Goubly qui est en train de mener un autre combat… On est de tout cœur avec lui ! » 

Merci à Piero et Christophe pour cet entretien.

Retrouvez toutes nos interviews sur > ce lien

PLUS D'ACTUALITÉS...

[#PrépaFCG] Moulins Yzeure Foot 2 – 1 FC Gueugnon
[Académie] Le tirage des coupes Gambardella et Régionales pour nos jeunes
[#PrépaFCG] Déplacement à Moulins Yzeure Foot pour le FC Gueugnon
[YouTube] À la rencontre de Axel Dudoit • Nouvelle recrue du FCG
[Intersaison] Le Groupe Espoirs a repris l’entraînement
[Académie] Gabriel Rousseau, nouvel éducateur du FC Gueugnon
Facebook Twitter Instagram LinkedIn Video Newsletter Flux RSS


1