[Interview] Entretien avec le président Bernard Canard

A 4 journées de la fin du championnat, le FCGueugnon lutte encore pour le maintien en CFA2. L’absence de match ce week-end est l’occasion pour nous d’échanger avec le président Bernard Canard sur un premier « pré-bilan » de la saison.

Président B. Canard

Piero : Pourriez-vous nous faire un premier « pré-bilan » de la saison du FCG en CFA2 avant cette fin de saison qui annonce très serrée ?
Bernard Canard : « Bilan moyen d’une saison moyenne avec l’attente d’un classement supérieur à ce qu’il est actuellement. Les blessures de joueurs clefs ont été le principal problème et nous ont perturbé toute la saison. Nous sommes dans la même configuration que l’année dernière avec une fin de saison difficile où, malgré tout, nous avons toutes les cartes en mains. »

 

Le FCG a eu beaucoup de déboires cette année avec des absences comme celles d’attaquants buteurs qui se sont ressenties sur le rendement du club.
« C’est une évidence que les absences de Moustapha N’Doye et Maxime Lafay et d’autres pour pratiquement la saison entière (!) nous ont été extrêmement préjudiciables. Ceux qui les ont remplacés n’ont pas su et pu combler ces absences. »

 

Dites nous ce que vous avez aimé et ce que vous avez moins aimé sur la performance de l’équipe de CFA2 ?
« Ce que j’ai moins aimé, c’est le manque de maturité du groupe. J’ai l’impression que ce groupe de qualité n’a pas progressé dans le mental et que nous payons cher nos erreurs de « jeunesse » qui restent invariablement les mêmes d’une année sur l’autre. C’est donc sur ce point précis que le groupe doit progresser et devenir adulte.
Le groupe sait réagir dans la difficulté et, je l’espère, va encore le démontrer cette saison. Cette attitude démontre que ce groupe manque de se faire violence sur chaque match et non sur des matchs choisis. »

 

Pourriez-vous nous faire un point sur le sponsoring et partenariat de cette saison ?
« Les résultats sportifs ne nous ont pas aidés dans nos démarches. Le sponsoring progresse mais pas d’une manière assez importante. Nous devons absolument continuer de démarcher les entreprises, celles qui nous suivent déjà et de nouvelles.
Le budget est très difficile à tenir, les aides des collectivités sont totalement insuffisantes pour un club de notre niveau . Une ville comme Sète et ses 40Kha donne 200 000 € à son club en CFA, elle donnait pareil en CFA2. La ville de Gueugnon c’est 10 000 €… En contrepartie, nous avons une plaine à entretenir qui nous coûte 15 000 € par an soit plus que ce que nous donne la ville en subvention… Comment voulez vous que nous puissions nous en sortir !?
Les clubs avec qui nous sommes en concurrence reçoivent des aides très supérieures aux nôtres, il faut en être conscient. Nous démarrons le championnat avec un boulet au pied quand les autres jouent avec des chaussures à crampons… »

 

Sur le dernier match on peut dire que l’internationalisation de l’arbitrage ne nous a pas été profitable qu’en pensez vous ?
« Plusieurs choses sur ce match. D’abord, je condamne les attitudes de certains supporters (une minorité d’une ou deux personnes) qui ont un mauvais comportement en fin de match auprès des arbitres. Je n’ai rien vu mais cela m’a été rapporté et des sanctions internes seront prises si les faits s’avèrent exacts.
Ensuite je ne m’exprime jamais sur l’arbitrage mais là, nous avons assisté à des faits pénalisants pour le club. L’arbitrage n’a pas été bon sur ce match c’est une évidence même si les joueurs ont leur part de responsabilité.
Pourquoi nous mettre 3 arbitres étrangers ? Impossible de se comprendre, impossible aux joueurs de communiquer, incompréhension quand les 3 arbitres se regroupent sur la pelouse pour décider… Cela énerve les joueurs, le public… Tout cela est de nature à rendre le match plus compliqué. Un match, ce match avec 12 cartons jaunes et 1 rouge ce n’est pas normal.
Il serait utile de connaitre le ressenti d’autres clubs sur ces arbitres étrangers car à chaque fois nous avons des difficultés.

 

Il nous reste 4 matchs très importants pour le club, marqués par des absences au niveau de joueurs cadres à des postes clés. Comment allez vous vivre cette période ?
« Difficilement, mais j’ai confiance au groupe et aux joueurs qui composent ce groupe. Ils ont conscience de l’enjeu et je sais pouvoir compter sur eux. Maintenant les absences vont effectivement nous pénaliser mais nous n’avons d’autres choix que de faire avec… Les joueurs sont conscients que la reconstruction actuelle du club ne peut se faire que par le maintien en CFA2. »

 

Sur le bilan sportif du club en général quel serait votre premier pré-bilan ?
« Nos équipes de jeunes progressent, c’est la vraie satisfaction. L’équipe B pouvait monter, c’était jouable mais les nombreuses absences de nos joueurs seniors n’ont pas permis à ce groupe d’être complet. »

 

Le FCG a également organisé de nombreux évènements cette saison ? On pense aux soirées d’après matchs, au tournoi des partenaires, les lotos, belotes, futur thé dansant….
« Ces événements sont importants pour nos partenaires et pour les finances du club. Elles ne peuvent se faire sans la présence de bénévoles que je remercie par ailleurs ».

 

Un message à faire passer à tous ceux qui s’intéressent au FCG avant cette fin de saison couperet ?
« Un bref message : nous avons besoin de soutien et particulièrement du public pour encourager nos joueurs sur les 2 derniers matchs à domicile les samedis 2 mai et 23 mai, venez nombreux !
Le public gueugnonnais a été trop bien habitué aux matchs de Ligue2 et oublie que le CFA2 est un championnat national très difficile. Nous devons être heureux de jouer à ce niveau ! »

 

Le rôle du Président dans ces moments délicats où même le sort semble aussi s’en mêler ne doit pas être simple ?
« Effectivement, quand le sportif va moins bien tout s’en ressent. Et il faut être à l’écoute des uns et des autres, chacun à ses réponses. Il faut aussi conforter les sponsors qui ont investi dans le club et qui jugent à juste titre que les résultats ne sont pas conforment à leurs attentes.
Je reste en retrait sur le plan sportif. J’ai mes idées mais en ce qui me concerne il y a dans ce club un entraîneur qui décide Philippe Correia aidé du responsable sportif Guy Clopin et de Bernard Martin. Pour le reste j’essaie de faire que ce club survive ce qui n’est pas une mince gageure. »

 

 

Merci à Piero et au président pour cette interview